icon facebook icon instagram icon enveloppe icon geolocalisation

L'Humain est notre exigence.

Retour

Interview du Docteur Sabine Delaire – Crise du COVID 19

Le Docteur Sabine Delaire, qui intervient notamment à l’ITEP Jean Ferrat de Lievin, a bien voulu répondre à nos questions concernant le Covid 19 (en l’état actuel des connaissances)

 

Comment se transmet le Covid 19 ? 

La maladie se transmet par les gouttelettes (sécrétions projetées invisibles lors d’une discussion, d’éternuements ou de la toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une discussion, d’une toux, d’un éternuement ou en l’absence de mesures de protection. Un des autres vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact des mains non lavées souillées par des gouttelettes. C’est donc pourquoi les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale sont indispensables pour se protéger de la maladie.

La transmission est donc possible par des personnes sans symptômes 

 

Quels sont les gestes barrières à respecter ?

Face au coronavirus, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage (ces gestes peuvent se faire aussi hors contexte de COVID 19) : Se laver les mains très régulièrement. Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir. Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades. Utiliser des mouchoirs à usage unique.

 

Interview Docteur COVID 19

 

Pourquoi le confinement est important ?

Le confinement est la méthode la plus répandue, celle pratiquée en France depuis mi-mars. Elle incite les personnes à rester enfermées chez elles, ou en EHPAD (personnes les plus fragiles), sauf dans des cas de nécessités essentielles, comme faire ses courses ou aller travailler. Le but est d’étaler au maximum dans le temps les contaminations, afin que les services de santé ne se retrouvent pas dépassés et puissent traiter de la meilleure des façons possibles les patients graves, pour éviter une forte mortalité.

Le non-respect des consignes par certains, le manque de résultat immédiat ou les retombées graves sur l’économie en font une stratégie parfois critiquée. Le corps médical compte néanmoins sur elle pour casser la chaine de contamination, et ainsi endiguer l’épidémie.

 

Pourriez-vous nous parler des différents types de masques ?

Pour bien comprendre, il faut déjà distinguer les deux grands types de masques médicaux qui existent :

  •          les masques antiprojections, dit « chirurgicaux », qui ont pour vocation principale d’éviter que ceux qui les portent ne rejettent des sécrétions dans l’air et contaminent les autres ;
  •          les masques de protection respiratoire individuelle (comme les fameux FFP2), qui sont équipés d’un système filtrant, destiné à protéger le porteur des risques d’inhalation d’agents infectieux. Ces masques sont rarement supportés plus de quelques heures par ceux qui les portent.

 

Le masque empêche-t-il celui qui le porte de propager le virus ? 

En partie, oui. C’est pour limiter ce risque que sont conçus les masques antiprojections ou chirurgicaux. Ils limitent les projections de gouttelettes de salive et diminuent donc les risques de contamination entre interlocuteurs. Les masques FFP2 filtrent également l’air expiré, à l’exception de ceux qui sont munis d’une soupape pour le confort de l’utilisateur.

Là aussi, il faut que le masque soit correctement utilisé pour qu’il ait une utilité.

L’Académie de médecine invite la population à porter un maximum de masques, pas tant pour ne pas attraper le virus que pour ne pas le transmettre : « Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur ». L’Académie de médecine préconise qu’un « masque «grand public», aussi dit «alternatif», soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement ». Car pour éviter la ruée sur les masques médicaux, ce sont les masques faits maison ou par l’industrie textile qui sont mis en avant dans le monde entier.

Les masques artisanaux devraient être portés dans des endroits où la concentration de gens est plus élevée, comme à l’épicerie. Et qu’ils ne constituent en aucun cas un remplacement des gestes barrière et de la distanciation sociale

 

Existe-t-il un traitement ou un vaccin contre le Covid 19 ?  

Il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement contre le Covid 19

En cas de fièvre supérieure à 38°c et en cas de courbatures importantes le paracétamol est recommandé.

Un vaccin contre le COVID-19, destiné à aider l’organisme à éliminer le virus fait actuellement l’objet de recherches. Début mars 2020, l’OMS avait répertorié une trentaine de projets de vaccins en cours, passé à une quarantaine au 20 mars, mais aucun n’avait terminé les essais cliniques. Selon l’OMS un tel vaccin pourrait être disponible mi 2021

 

 

icon établissements

Par nom, par secteur géographique ou par type d’établissement, utilisez notre moteur de recherche dédié...