icon facebook icon instagram icon youtube icon enveloppe icon geolocalisation

L'Humain est notre exigence.

Le projet TICC Interreg 2 Mers

                                                                               TICC

 

Description du projet TICC

 

Le projet Interreg 2 Mers TICC (2017-2022) a pour objectif de transformer et améliorer les services de soins à domicile pour les personnes en perte d’autonomie. Pour cela, le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) de La Vie Active s’inspire d’un modèle néerlandais appelé Buurtzorg (ou « soins de proximité »). Il s’agit d’un modèle managérial dit « auto-organisé » qui permet au personnel soignant d’être plus autonome et plus épanoui dans leur travail, ce qui a un impact positif sur la qualité de prise en soins des bénéficiaires et sur leur satisfaction, ainsi que celle de leurs familles.

Les professionnels de l’accompagnement et du maintien de l’autonomie des personnes âgées français ne sont pas les seuls à s’intéresser à cette initiative néerlandaise, puisque le projet TICC réunit 13 partenaires aux profils différents et complémentaires : des établissements et services médicaux-sociaux, des collectivités territoriales et des universités venus de Belgique et du Royaume-Uni pour adapter, tester et évaluer ce modèle dans leurs contextes nationaux (voir la liste des partenaires opérateurs). Pour le SSIAD de La Vie Active, cette transition vers de nouvelles pratiques professionnelles est accueillie avec enthousiasme par notre équipe qui souhaite les pérenniser, en accord avec les orientations fixées l’Agence Régionale de Santé.

Revue des principales activités portées par La Vie Active :

 

  • Se former au modèle managérial de l’auto-organisation et le tester dans notre contexte local

 

L’auto-organisation selon Buurtzorg peut se résumer en la capacité d’une équipe à décider de l’organisation de son travail et à trouver des pistes d’amélioration de manière plus autonome. Il s’agit donc d’une autre culture professionnelle pour laquelle les 10 membres du personnel soignant, la secrétaire et l’infirmière responsable du SSIAD ont dû s’imprégner à travers des visites, des formations et des sessions de job-shadowing aux Pays-Bas. Ce programme de formation proposé par notre partenaire néerlandais se poursuit tout au long du projet, tandis que les membres de l’équipe du SSIAD qui en bénéficie, font évoluer leurs pratiques en fonctions de ce qu’ils ont appris. Un suivi et un appui-conseil est également assuré par Buurtzorg.

Dans le travail quotidien du SSIAD, cette transformation se traduit en premier lieu par l’organisation de réunions d’équipe qui se tiennent désormais tous les lundis. Ses membres organisent leur travail, toujours en présence de l’infirmière responsable du SSIAD dont le rôle tend vers un profil de coach conduisant ces réunions selon une approche orientée solutions et où les décisions sont prises sur la base du consensus : sur les prises en soins des patients, sur la coordination entre les différents professionnels de soins et de santé, les éventuels relais de service, etc. Les plans de soins définis avec les patients font l’objet d’échanges pour s’assurer de leur pertinence et de leur qualité.

De même, l’équipe est désormais impliquée dans le recrutement des nouveaux membres. Ils reçoivent les CVs, sélectionnent les candidats et conduisent des entretiens d’embauche. Adhérer aux valeurs récemment instaurées par l’équipe est un critère essentiel pour pouvoir la rejoindre. Avec cette nouvelle approche de recrutement par les pairs, nous constatons que l’équipe est plus soudée et plus stable.

Deuxième évolution importante : l’auto-organisation implique également une approche plus horizontale du travail. Par exemple, l’infirmière responsable du SSIAD préparait le planning des tournées et le transmettait aux membres de l’équipe qui se contentaient de le suivre. Avec le projet TICC, les membre de l’équipe ont été formés à la réalisation du planning. Cela a pour effet de créer un sentiment de co-responsabilité pour travail collectif, avec la possibilité de pour les membres de l’équipe de s’organiser et donc d’avoir un meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée ; ce qui influe sur leur bien-être et optimise la continuité de service.

Troisième aspect important, la digitalisation permettant de gagner du temps. Autrefois entièrement gérée par l’infirmière responsable du SSIAD depuis son PC fixe, les procédures d’admission et de prise en charge sont désormais gérées par les membres de l’équipe à partir d’un logiciel dédié, permettant le suivi individuel des patients, accessible à partir de leurs tablettes et leurs smartphones. Cela comprend : la collecte le suivi des demandes, l’analyse de la faisabilité de la mission, la réalisation de la visite initiale, la gestion administrative de l’admission (ex. prévenir la CPAM ; le médecin traitant, etc.) et l’inclusion dans les plans de soin. La tournée des patients est désormais gérée à distance et en temps réel, ce qui permet d’améliorer la pertinence de l’ordre de passage, d’optimiser le temps et de se consacrer davantage aux patients tout en réduisant le nombre de kilomètres parcourus. De même, chaque patient a un dossier de suivi en ligne dans lequel l’aide-soignant(e) a accès un répertoire des autres professionnels de soins et de santé (ex. le médecin traitant, l’infirmier(ière) libéral(e), etc.) qu’il/elle peut contacter en cas de besoin.

 

Pour plus d’information, vous pouvez voir le film l’évolution du métier d’aide-soignant au SSIAD de La Vie Active en cliquant sur ce lien.

 

 

  • Lever les freins à cette transformation du SSIAD et assurer la pérennité de ce nouveau modèle

 

La transposition de modèle organisationnel inspiré d’une expérience néerlandaise se heurte parfois aux cadres juridiques et organisationnels existants en France qu’il convient bien entendu de continuer à respecter. C’est en ce sens que La Vie Active relève les possibles difficultés rencontrées lors la mise en œuvre de ce nouveau modèle et échange avec ses partenaires sur de possibles adaptations. De plus, un suivi et des bilans réguliers avec l’Agence Régionale de Santé pour que ces nouvelles pratiques professionnelles restent fidèles aux orientations fixées par l’ARS.

 

  • Evaluation

 

Assurer la pérennité de ce modèle n’aurait de sens que si notre expérimentation s’avérait positive pour les professionnels, les patients et leurs familles. C’est pourquoi La Vie Active, notamment en partenariat avec deux universités néerlandaise et française, participe à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un protocole d’évaluation mené à échelle transfrontalière, qui consiste en une série de questionnaires de satisfaction à destination des professionnels, des patients et des aidant familiaux.

 

 

 

Les partenaires opérateurs du projet

 

Le Health and Europe Centre (Royaume-Uni) est le chef de file du projet TICC. Il s’agit d’une PME créée en 2005 qui accompagne des porteurs de projets essentiellement situés dans le Sud-Est du Royaume-Uni, pour favoriser le développement socio-économique, notamment dans le secteur sanitaire et social, à travers des projets de Coopération Territoriale Européenne.

 

Buurtzorg (en français, « soins de proximité) est une entreprise néerlandaise à but non-lucratif créée en 2006 qui promeut un modèle managérial auto-organisé pour délivrer des services de soins infirmiers à domicile. Aujourd’hui, Buurtzorg représente 4 000 équipes et 15 à 20 000 salariés couvrant un vaste territoire aux Pays-Bas

 

La Vie Active est un acteur central de l’économie sociale et solidaire qui n’a de cesse de se développer pour accompagner au mieux ses usagers face à leurs difficultés et dans le cadre de leur parcours de vie.

 

Le Kent County Council est une collectivité territoriale du Sud-Est du Royaume-Uni équivalent à l’une de nos régions.

 

Medway Community Healthcare correspond aux services de soins et de santé de la communauté de communes du Medway, située dans le Kent.

 

National Health System (NHS) – Kent Community Health délivre les actions du système de santé britannique dans la région du Kent.

 

 

Public World est une PME britannique qui a notamment pour but d’importer le modèle Buurtzorg au Royaume-Uni et en République d’Irlande.

 

Zorgbedrijf Antwerpen correspond aux services de soins et de santé de la ville d’Anvers (Belgique).

 

Soignons Humains (France) est une association qui promeut une vision holistique et en équipe du soin au domicile.

 

VIVAT (France) est un service d’aide à domicile professionnelle et de proximité.

 

Eurasanté est une agence de développement économique de la région Hauts-de-France, engagée dans le transfert de technologies et le développement économique de la filière Biologie Santé Nutrition

 

Le Groupement des hôpitaux de l’institut catholique de Lille est un ensemble universitaire d’hôpitaux, de cliniques et de services médico-sociaux tourné vers le développement des services publics de santé.

 

HZ University of Applied Sciences est une université des sciences appliquées de la province néerlandaise de Zélande implanté à Vlissingen, Roosendaal et Middelburg

 

 

Les partenaires associés du projet

 

L’Université d’Artois, East of England Local Government Association, Provincie Antwerpen, Wit-Gele Kruis van Antwerpen, Familiehulp, Landelijke Thuiszorg Zuiderkempen, Christelijke Mutualiteit, Heist-op-den-Berg, OCMW Heist-op-den-Berg, Vlaams minister van Welzijn, Volksgezondheid en Gezin, Sociaal Huis Mechelen, Zorgnet-Icuro, NHS (England), Canterbury Christ Church University, Centre communal d’action sociale de Lomme, Conseil départemental du Nord.

 

 

Principales caractéristiques du projet TICC

 

Durée du projet : 54 mois (du 01/09/2017 au 28/02/2022)

Budget prévisionnel global (15 partenaires initiaux) : 8 022 822,95 €

Budget prévisionnel de La Vie Active : 271 468,25 €

Un projet cofinancé par le programme de coopération transfrontalière Européenne Interreg 2 Mers – Fonds Européen de Développement Régional (60%), soit : 162 880,95 €

 

Retrouvez plus d’informations sur le site internet du programme Interreg 2 Mers.